Cuteness overload… Cette semaine, la vidéo la plus partagée sur Facebook va vous faire dire « awwwww » devant l’écran.

‘Baby elephant chasing birds’, la vidéo la plus partagée sur Facebook de la semaine n°25

Pas besoin de script ou de matériel à 100k euros. Cette courte vidéo amateur – postée par theBERRY et montrant un bébé éléphant chasser maladroitement un groupe d’oiseaux – a été LA sensation Facebook de la semaine dernière.  Avec près d’1.000.000 de partages. Rien que ça.

Les raisons du succès de cette vidéo virale

Mho, c'est meugnon

Les contenus fortement partagés stimulent généralement les sentiments (joie, peur). D’après une étude postée dans le Harvard Business Review, il y 3 facteurs émotionnels qui se combinent dans une vidéo très partagée sur Facebook.

Les émotions à la base du partage

La valence : c’est caractère positif ou négatif du sentiment généré

L’excitation : est-ce que le contenu est relaxant ou grisant ?

La domination : le contenu génère-t-il un sentiment qui domine l’audience (comme la peur) ou plutôt un sentiment qu’elle pense contrôler (comme l’admiration) ?

Comme le montre le schéma ci-dessous, les contenus les plus partagés sur Facebook sont ceux qui combinent une haute excitation à un sentiment de dominance haut (l’audience contrôle ses sentiments).

 

W160512_LIBERT_COMMONEMOTIONAL

 

Dans cette vidéo, la valence est haute (joie vs. tristesse). Parce que, oui, observer ce jeune éléphant courir maladroitement vous donne le sourire mais ce n’est pas le facteur de viralité le plus important : les contenus négatifs peuvent aussi être énormément partagés.

Mais la clé du succès se cache dans l’excitation et la domination. C’est l’excitation haute (amenée par l’éléphanteau qui tombe en milieu de vidéo) et la dominance haute (la vidéo ne génère pas de sentiment pour lequel l’audience n’a pas de contrôle, comme la peur) qui rendent ce contenu très partageable.

Ah et, c’est trop meugnon aussi (mais on est toujours dans l’excitation, là).

La banderole "meme"

Procédé souvent utilisé par les pages à tendance virale,  la banderole blanche qui isole le texte de la vidéo est un must en terme de stopping power. Le texte qu’elle contient permet à l’audience de découvrir rapidement le contenu de la vidéo. Résultat : vous l’empêchez de scroller dans les 3 secondes fatidiques. Et c’est déjà un très bon début pour devenir la vidéo la plus partagée sur Facebook de la semaine !

Cet article a été rédigé sur base des informations apportées par l’outil GraphyStories, qui analyse la BIG DATA issue du Web et des réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *